L'inspiration

L’inspiration est une chose étrange… On ne sait pas d’où elle vient, ni pourquoi, ni comment. Qu’est ce qui fait qu’à un moment X le déclic se fait, alors que vous êtes depuis des heures face à une page blanche qui vous nargue, esquivant toutes vos tentatives d’écriture comme un poisson qui ferait exprès de frôler votre hameçon sans jamais se laisser prendre. Parfois, c’est le vide total, impossible d’approcher une quelconque idée. D’autres fois, l’inspiration vous caresse, amante qui se joue de vous, tentatrice aux milles et une promesses murmurées à demi-mot. Elle est là, vous le savez… Puis elle s’évapore.

Puis viendra un moment, un jour, une heure, une demi-seconde où vous l’attraperez. Et là, il faut se hâter ! Car tel un éphémère, l’inspiration peut avoir une durée de vie très courte. Elle peut vous frapper comme un éclair ou bien se couler en vous comme une seconde peau. Elle est là, comme une muse invisible qui vous murmurerait les mots à écrire par-dessus votre épaule, elle est là mais vous ne savez pas pour combien de temps. Alors il faut se dépêcher ! Prendre le premier support qui vous passe sous la main : votre ordinateur, une feuille de papier, une serviette de restaurant, une assiette en carton, tout et n’importe quoi ! Quelque chose pour écrire ! Car l’inspiration est nomade, elle ne s’installe jamais bien longtemps au même endroit.

Mais d’où vient-elle ? Est-ce, comme l’ont pensé certains intellectuels, une sorte de noosphère de connaissances et d’imagination qui graviterait autour de notre monde, comme une seconde couche d’ozone, une couche d’inspiration ? Ou bien est-elle profondément inscrite en nous depuis la nuit des temps, sorte de mémoire du passé qui délie notre esprit et l’ouvre à l’imagination de l’écriture ? Il parait que c’est LA question que tous les écrivains rencontrent un jour au détour d’une interview, de la part d’un journaliste peu au fait du domaine littéraire.

« Mais où trouvez-vous toutes ces histoires ? »

« Mais d’où vous vient toute cette imagination ? »

« Où allez-vous donc chercher tout ça ? »

Où, où, où, où… Et ce n’est pas là l’idée des journalistes, tout le monde tombe dans la facilité en se posant ces mêmes questions à la lecture d’un roman, d’une nouvelle ou d’un poème qui fascine. A croire que tout le monde s’accorde pour penser qu’il existe un pays merveilleux où poussent les histoires et que les écrivains sont en fait des êtres qui ont la particularité de pouvoir s’y rendre selon leur bon vouloir ou presque pour y cueillir la trame de leur prochain roman. Si seulement c’était aussi simple…

Ne rêvez pas, je ne répondrai pas ce soir, ni un autre ce soir d’ailleurs, à cette question : d’où vient l’inspiration. Je n’en ai pas la moindre idée… Je suppose que c’est une part de rêve qui s’empare de vous et que vous avez envie de coucher sur le papier, comme un songe où vous seriez le maître du jeu, à placer vos personnages où vous le désirez, à leur faire vivre ce que vous voulez…

D’où elle vient, comment elle vient, pourquoi elle vient… Je n’en sais rien. Tout ce que je sais, c’est que quand elle vient, je l’accueille à bras ouverts. Et lorsque mes doigts virevoltent au-dessus du clavier comme ce soir, où les mots défilent à l’écran presque aussi vite que dans mon esprit, j’ai l’air d’un idiot ! Un idiot car je suis là, devant mon ordinateur, à sourire comme un imbécile heureux sous le claquement rapide des touches de mon clavier.

C’est d’un jouissif l’inspiration !

4 Response to "L'inspiration"

  1. Lousrim says:
    01 août, 2005 04:10

    Je trouvais ton inspiration plus belle quand elle épousait la forme d'un ange... m enfin, j'aime bien ceci quand meme :]

  2. Doudou says:
    06 août, 2005 08:38

    Je suis très touchée par ce texte,merci pour ce partage...

  3. Icy says:
    06 août, 2005 10:42

    Merci vous deux :)

  4. Butterfly Says:
    21 octobre, 2007 22:44

    Et si l'inspiration n'était qu'une combinaison de neurones, de molécules, enfin de la chimie quoi! S'il suffisait de fumer de l'opium ou un bon joint pour libérer certaines sphères du cerveau et devenir Mozart ou Victor Hugo en une nuit? Cette question me hante depuis des années et elle me fait affreusement peur... Et je me convainc à chaque fois que l'inspiration est une ivresse, une chose impalpable, et que c'est beaucoup plus beau de ne pas l'expliquer, de conserver le mystère. "Beaucoup d'écrivains, particulièrement les poètes, aiment mieux laisser entendre qu'ils composent grâce à une espèce de frénésie subtile ou d'intuition extatique".(Edgar Poe, La genèse d'un poème)...