The last lullaby

Ambiance : A écouter pendant la lecture

Petit synopsis utile : Ce texte est le point final de tout un groupe de chroniques relatant
la vie et les aventures de Yukiel, ange incarnée dans un monde où anges, démons et humains
s'affrontent. Dans ce monde, l'enfant née de l'union d'un ange et d'une démone, appellée
Horizon, est considérée comme le messie qui unifiera les trois races. Protégée par ses
Protecteurs, dont fait partie Yukiel, elle tombera dans une embuscade qui la plongera dans
un profond coma pendant de longs mois.
Yukiel tombe amoureuse pendant ce temps d'une des protectrices, Minuit, magicienne humaine qui partagera sa passion. Elle meurt quelques semaines avant ce texte, lors d'une bataille.
Pour cette humaine, Yukiel aura été jusqu'à renier Dieu et à subir la déchéance de devenir une Paria, une sans race.
Ce texte prend donc place alors qu'Horizon est dans le coma, Minuit, "l'ange" de Yukiel, morte et Yukiel seule.

***

Un souffle régulier qui perce la nuit, dernière preuve de la mince flamme de
vie qui brûle encore dans la poitrine de la jeune enfant. Horizon semble
paisiblement endormie dans le monde des rêves.

Une silhouette se tient à son chevet. Des iris pourpres, fixés sur le corps
de l’Enfant-Reine, des runes violettes couvrant une partie du visage, Yukiel
veille sur le sommeil d’Horizon. L’ancienne ange, désormais paria, chantonne
doucement. Rien ne vient troubler la paix qui règne en ces lieux. Sans
arrêter de chantonner la berceuse, Yukiel caresse pensivement les cheveux
d’Horizon.

Soudain, inspirant profondément, Yukiel s’arrête de chanter et dit d’une
voix cristalline :

« - Ma vie fut courte mais mouvementée, Enfant Reine. J’ai croisé tant de
gens formidables… Mais j’ai enduré tant de souffrances… Je n’en peux plus
Horizon… Tant de souffrances, tant de combats. Et pourquoi ? Pour te sauver…
Pour sauver les derniers idéaux de paix qui nous restaient. Je n’en peux
plus Horizon… Assez de souffrances, assez de larmes, de cris et de sanglots.

Des larmes roulent sur les joues de Yukiel. Une vague de froid s’étend
autour d’elle, morsures sournoises assaillant chaque parcelle de peau. A
l’extérieur, de la neige commence à tomber, d’abord petits flocons
éphémères, maintenant bourrasques recouvrant le paysage d’un manteau de
pureté. Des images lui reviennent à l’esprit. Des visages souriant ou
résignés, joyeux ou déterminés. Mkdir, Tentacool ou Ragnak… Tant d’Utopiens
qui ont disparu. Tant de défenseurs de l’Enfant-Reine.

- Pourquoi sont-ils tous morts Horizon ? Pour toi ? Pour que tu restes
endormie tant de temps ? Pour que personne ne parvienne à te réveiller ?

Yukiel porte la main à sa ceinture et s’empare d’une dague luisant d’une
aura magique.

- Il est temps d’en finir Horizon… Je ne supporterais plus de voir tant de
gens mourir et disparaître à jamais.

Yukiel regarde la dague à travers ses yeux embués de larmes.

- Pardonnez-moi…

La dague fend l’air et se colore bientôt d’un rouge écarlate. Un faible
hoquet est vite absorbé par le gémissement du vent hivernal.

Yukiel se lève et titube vers l’extérieur. Les gouttes de sang s’écrasent au
sol, s’écoulant de la dague ensanglantée tandis que Yukiel ouvre la porte.
Le blizzard s’est calmé d’un coup. Désormais tout autour d’elle, un manteau
blanc s’étale, brillant à la lueur de la lune. La paria lève les yeux et
regarde les silhouettes qui se tiennent face à elle : les Protecteurs
d’Horizon. Et parmi eux, Ange… La petite Archange.

- Ange… Pardonne-moi…
- Yukiel… Qu’as-tu fait ? dit-elle d’une voix alarmée.
- J’ai fait… cesser… les souffrances.
- Non…

Yukiel baisse les yeux et contemple sa tunique imbibée de sang. Son sang.
Une plaie s’étend en travers de son abdomen, là où la dague s’est plantée.
Ses runes luisent faiblement dans la nuit, semblant sur le point de
s’éteindre et son sang s’écoule abondemment sur le sol enneigé faisant
fondre les fragiles cristaux avec la chaleur qu’il contient encore.

La jeune femme s’écroule au sol, ses jambes étant désormais trop faible pour
la soutenir. Ange se précipite à genoux près de Yukiel, l’angoisse lui
enserrant le cœur :

- Idiote… Tu ne peux pas mourir… Tu es immortelle maintenant.

Un fin sourire apparaît sur les lèvres tremblantes de Yukiel.

- Pourquoi renaitraient… ceux qui ont cessé… de vouloir vivre ? Je ne veux
plus de… de cette immortalité Ange… Je mourrai ce soir... Et je ne
ressusciterai… pas…
- Pourquoi as-tu fait ça ??

Les larmes montaient aux yeux de la plus petite Archange de la Création.

- Fini de souffrir… Fini… de se battre… Plus aucune raison… Ange… Je n’ai
jamais pu l’oublier…

Les larmes roulaient à nouveau sur les joues de la paria, l’eau salée se
mêlant au sang qui s’écoulait de la commissure de ses lèvres.

- Tu veux dire…
- Oui… Elle est morte. A mon tour maintenant. Je n’ai pas… été… assez forte…
pour aider… Horizon. Que ton Dieu… puisse me pardonner.

Ange posa son front contre le visage de Yukiel et tenta d’offrir un peu de
chaleur à ce corps qui se vidait de toute vie. Yukiel leva les yeux vers la
voute céleste et dit d’une voix qui s’éteignait petit à petit :

- Réussissez Ange… Pour que tous les Protecteurs passés et présents n’aient
pas œuvré en vain…
- Yukiel…
- Je retourne parmi les étoiles… Elle doit m’y attendre… Une étoile filante... dans le ciel... de Minuit...
- J’en suis persuadée.
- Mon… ange…


Les paupières de Yukiel se refermèrent et sa poitrine cessa de se soulever.
Horizon perdait à nouveau une de ses Protectrices…

3 Response to "The last lullaby"

  1. Icy says:
    08 juin, 2005 22:10

    Et parce que les paroles sont belles et de circonstance (et que l'accent de la chanteuse nippone ne permet pas de tout comprendre) voici les paroles de la chanson :

    Lullaby

    the snow in the air
    to sing me a lullaby
    my winter, come hither to me

    the dark nights to come
    so, kiss me for good-bye
    the grace of the godland is near to you

    show me the flowers invisible
    sing me the hymns inaudible
    the wind is my voice
    the moon is my heart
    come find me, I'm on every hills and fields
    I'm here... ever your near...
    (sing for your love, gone so far in the past)
    (pray for the world, that you may rest in peace)

    the snow in the air
    to sing me a lullaby
    the angel of rebirth is here

    so let all your pain
    sleep within the husha-by
    the grace of the godland
    grace of the godland
    grace of the godland is near...
    so close to you

  2. Satinella says:
    08 juin, 2005 23:51

    C'est le premier de tes textes que je lis, et, j'en suis désormais sûre, aucunement le dernier.
    J'aime beaucoup la douceur mêlée à la mort, tout ce froid, ce sang discret, le triste espoir qui fuit... Je fouillerai, demain, ton blog pour voir si le début de cette histoire s'y trouve. J'aimerais la lire :-)
    Bises msieu Icy!
    Un fantôme.

  3. Icy says:
    09 juin, 2005 07:38

    Merci beaucoup Sympathique fantôme :) Venant d'un écrivain de talent, le compliment fait d'autant plaisir ^^

    Pour le édbut de l'histoire, tu ne le trouveras pas ici, mais je devrais pouvoir te le filer ;)

    Bises !